Message du Président

 

Tunde. Fowler 
Président du Conseil
Federal Inland Revenue Services (FIRS)

L'année 2016 a vu l'ATAF approfondir et élargir la gamme de services qu'elle offre à ses membres. C'est certainement le signe d'une organisation qui arrive à l'âge de la maturité et reste à l'écoute des administrations fiscales africaines. L'un des faits remarquables de 2016 a été la croissance fulgurante qu'a connue l'ATAF à travers l'accroissement de ses interactions directes avec ses membres. Cela a abouti à la création d'une valeur palpable qui s'est traduite en recettes supplémentaires collectées par les administrations membres, signe de l'engagement de l'ATAF vis-à-vis de ses objectifs stratégiques, qui consistent à promouvoir la mobilisation des recettes sur le continent africain, afin de jeter les bases du développement économique et de l'autosuffisance.

Les programmes d'assistance technique lancés au début de 2016 ont connu un très grand succès et ont apporté une dimension d'analyse, tant recherchée et des interventions spécialisées qui ont bénéficié aux membres. L'ATAF s'est essentiellement focalisée sur les programmes de renforcement des capacités institutionnelles en matière d'échange de renseignements et de lutte contre le prix de transfert. L'organisation continue d'informer ses membres à travers la publication massive des informations sur les thématiques telles la falsification des prix et la discipline fiscale.

Par ailleurs, l'agenda fiscal mondial en constante mutation a permis à l'ATAF de se maintenir à la pointe de l'évolution à travers des interventions spécifiquement africaines et la mise au point des produits qui s'adressent directement aux pays africains, tels que, le modèle de convention sur la double imposition et en tant qu'organisation africaine, l'ATAF est fière de pouvoir jouer son rôle dans la lutte contre les flux financiers illicites à partir du continent.

L'ATAF a été choisie comme membre du Consortium sur les Flux financiers illicites, dont la tâche est d'assurer la mise en oeuvre des recommandations du rapport sur les flux financiers illicites, produit par le panel de haut niveau présidé par l'ancien chef d'état sud africain M. Thabo Mbeki. L'organisation continue de faire preuve de leadership face aux défis fiscaux sur le continent et demeure engagée à défendre les intérêts africains sur la scène mondiale dans le domaine de la fiscalité.

L'autre fait marquant a été le lancement de la première édition du magazine Perspectives fiscales africaines. Avec la participation de 15 pays, il constitue un document important d'analyse de la politique fiscale. On peut mentionner également le lancement du magazine Statistiques des recettes en Afrique. Produit en coopération avec l'OCDE, il contient des données sur les recettes de huit administrations membres. Au cours du processus de compilation de ces publications novatrices, les agents des différentes administrations fiscales impliquées ont subi une formation sur les différentes techniques de collecte, d’analyse et de stockage des données, occasionnant ainsi un transfert des connaissances et des compétences.

J'adresse mes remerciements aux membres du Conseil de l'ATAF, au Secrétaire exécutif et au personnel du secrétariat pour leur travail remarquable et leur engagement tout au long de l'année. L'ATAF est également reconnaissante vis-à-vis des partenaires de développement et du pays hôte. Nous sommes déterminés à capitaliser sur le dur labeur et les acquis de cette année dans la marche vers l'exploitation du potentiel de l'Afrique au profit de ses populations.

back to top
Powered by JS Network Solutions