Preambule par le secretaire executif

 

Logan Wort
Secrétaire Exécutif

Je suis heureux d'annoncer que l'ATAF a réalisé d'énormes progrès depuis 2016 et a davantage amélioré sa capacité d'offrir aux administrations membres des avantages concrets et palpables. Le travail de fond abattu au cours des années antérieures commence à porter des fruits. Nous avons énormément progressé, surtout dans l'acquisition d'une meilleure capacité de fournir l'assistance technique, dont le membres ont besoin, sur une variété de thématiques d'une importance cruciale, qui influent sur la collecte des recettes; la mission première de nos membres.

Permettez-moi de louer les efforts et accomplissements des équipes du secrétariat qui ont réussi à accomplir 20 missions d'assistance technique auprès des administrations membres durant l'année écoulée. Elles ont également mis au point un certain nombre de produits qui ont permis aux membres de se doter des atouts qui leur permettent de faire face aux défis complexes, que posent les pratiques d'érosion des assiettes fiscales des pays membres. Des produits tels que l'Outil d'évaluation du risque de prix de transfert, le modèle de Convention sur la double imposition et la Démarche proposée en matière d'élaboration de la législation sur le prix de transfert, permettront de contrer plus facilement et de manière plus efficace ces menaces à la souveraineté des économies d'Afrique. Les différentes interventions ont déjà contribué à une hausse des recettes dans les pays membres, de l'ordre de plus 100 millions USD.

La direction de la recherche de l'ATAF a également connu une année fructueuse et a oeuvré dans le sens de s'assurer que les pays africains bénéficient des débats sur la politique qui se tiennent dans différents forum internationaux, à travers la publication des documents de travail sur les Flux financiers illicites, l'allocation des droits fiscaux et les études en matière de discipline fiscale. Le travail qu'elle a effectué sur la discipline fiscale au Rwanda a permis à ce pays membre de faire entrer dans ses caisses des recettes supplémentaires de l'ordre de plus de 9 millions USD; un exploit remarquable. Parmi les autres réussites, l'on peut citer la tenue du deuxième Congrès du Réseau africain de recherche sur la fiscalité et l'élection de son tout premier Conseil consultatif, sans oublier l'élargissement du pool des contributeurs aux magazines Perspectives fiscales africaines et Statistiques des recettes en Afrique.

Les initiatives de renforcement des capacités de l'ATAF ont également pris du vent en poupe avec le lancement des programmes de formation en ligne, des ateliers et des séminaires auxquels ont participé plusieurs centaines de fonctionnaires fiscaux venant de partout sur le continent. L'une des étapes déterminantes franchies cette année a été la tenue de la 4ème Assemblée générale de l'ATAF et l'élection des nouveaux membres du Conseil. Incidemment, les discussions émanant de l'Assemblée générale ont permis à l'ATAF d'identifier les domaines de travail à adopter pour 2017. Ils tournent principalement autour des défis auxquels les administrations fiscales font face sur le plan national, en ce qui concerne l’économie informelle et l'économie numéraire. Nous avons également pris soin de consulter nos membres sur les domaines de la fiscalité internationale qui demandent une attention particulière dans un environnement post BEPS. L'ATAF reste déterminée à articuler et à porter le flambeau des priorités africaines sur la scène internationale et à œuvrer avec les autres acteurs pour se rassurer que nos intérêts ne soient négligés.

Je suis reconnaissant envers le Conseil de l'ATAF qui m'a témoigné sa confiance en m'offrant le privilège de diriger le secrétariat de l'organisation pour quatre années supplémentaires. Mes remerciements vont également au personnel du secrétariat pour avoir répondu positivement à l'appel des membres, de travailler directement avec eux. Nous sommes absolument conscients du fait que la raison d'être de l'ATAF est d'optimiser la valeur des services et des assistances qu'elle offre à ses membres et de prendre les devants quant à s'assurer que la voix africaine en matière de fiscalité résonne sérieusement sur la scène mondiale. Nous restons motivés par nos objectifs principaux, qui consistent à accroitre l'efficacité et l'efficience des administrations fiscales africaines et de ce fait, permettre aux états membres d'améliorer le niveau de vie des populations d'Afrique.

back to top
Powered by JS Network Solutions